La période des déménagements arrive. Lisez ceci.

N'abandonnez pas vos animaux.

Condamné!

Tout petit, mon maître m'adorait. j'étais la vedette de la famille, puis malheureusement, j'ai grossi un peu trop rapidement, mon maître à décider de ne plus me garder dans la maison. il a donc eu l'idée de me laisser dehors attacher à une niche. Mais moi, je m'ennuyais seul dehors, je voulais jouer avec mon maître comme avant, alors j'ai commencé à japper pour lui faire comprendre que je voulais le rejoindre dans la maison. je voulais retrouver mon beau grand lit confortable d'antan et mes jouets ainsi que la chaleur du foyer et l'affection de mon maître.


Malgré mes jappements incessants, je ne suis plus jamais rentrée à nouveau dans la maison. j'ai au contraire des réprimandes, mon maître était devenu impatient et méchant... puis un jour. j'ai eu espoir.« Mon maître vient me rejoindre. il s'approche avec ma laisse, il m'amène faire un tour. je suis content. je saute. je tourne en rond. je jappe. je suis heureux, d'autant plus que j'ai un extra, il m'amène voiture, j'adore les tours de voiture. je dors paisiblement en voiture», tiens, on s'arrête devant un immense chenil, je vais voir d'autres chiens, c'est surement une garderie pour jouer, je suis tellement heureux.


Je rentre avec mon maître. je suis tellement content que je hurle de joie, mon maître parle avec quelqu'un et lui donne mon collier, mon bol et ma laisse.


Mais pourquoi mon maître repart sans même me regarder ou me rassurer? Je panique un peu, car l'homme en avant du comptoir me met une corde au cou et me dirige vers un box sombre et glacial, il m'enferme avec un bol d'eau et de la nourriture, j'attends impatiemment que mon maître revienne me chercher, il va revenir, c'est une erreur. Il m'a surement oublié.


C'est long, j'ai absolument rien à faire à part attendre et attendre, les jours passent et rien, j'entends seulement des jappements, je n'ai même plus le courage de japper moi-même, je suis anéantie, je ne sais pas exactement combien de jours je vais devoir attendre encore. Je désespère et je m'enfonce dans un néant de désespoir.


Puis un jour, un homme ouvre la porte de ma cellule et viens me chercher, ça y est. mon maître est surement de retour, Je regagne enfin l'espoir de retourner à ma niche « au moins. je te voyais de temps en temps cher maître lorsque tu m'amenais ma nourriture». Je m'ennuie de toi, mais surtout, je m'ennuie de nos beaux jours quand j'étais petit et que tu m'aimais comme si j'étais le centre de ton univers.


Qu'est-ce qui se passe, l'homme ne m'amène pas à mon maître? je suis dans une salle isolée, ça sent la mort, je tremble et j'ai peur, on prépare une piqûre. je n'aime vraiment pas l'odeur!!!!!
C'est seulement maintenant que je réalise que je ne reverrai plus jamais mon maître. je dois quitter ce monde. je suis de trop et surtout trop gros. je regarde une dernière fois cet homme qui me plante la piqûre, essaie tant bien que mal de me rassurer, je résiste une dernière fois... puis c'est la fin,


J'ai appris plus tard que mon maître avait peur que je morde quelqu'un un jour étant donné ma grosseur. jamais pourtant. j'aurais mordu. tout ce que je voulais. c'était ton affection mon maître. c'est pour cela que je jappais, je voulais ton attention. car je t'aimais tellement.


Message aux humains: avant de nous adopter ou nous acheter. pensez que nous ne resterons pas petits éternellement, réfléchissez avant de craquer pour nous


Crédit: https://www.facebook.com/gigi.martin.75

Commentaires